Make your own free website on Tripod.com

PSYBERNÉTIQUE

 

 

STADES

I. STADE ORAL: DÉVELOPPEMENT DU MOI

POSITION FREUDIENNE:

L'enfant est vu comme un pervers polymorphe par ses pulsions sexuelles non-différenciée et peu organisées:

L'ORDRE DES STADES DE DÉVELOPPEMENT SERA TOUJOURS LE MÊME.

Le Moi se différencie sous l'influence du monde extérieur. Moi--> excitation vs quiétude. C'est un état idéalisé du Moi. lorsque le Moi prend conscience qu'il n'a pas de puissance sur la personne qui vient lui répondre---> nouvelle naissance.

Moi idéal--------> Moi de réalité-------> blessure narcissique

Par son vécu, l'enfant va chercher profiter au maximum des réponses pour faire baisser la tension et accroître son plaisir. Le Moi conscient du manque commence à désirer. ce manque est l'objet de la blessure narcissique qu'il désirera réparer------> prendre pour soi et en soi. Le désir sert à remplacer le manque et a apporter du plaisir au Moi. le Moi se dispose à tolérer une certaine tension pour se procurer du plaisir

désir-------->constance--------->plaisir

La dialectique amour haine peut se résumer à la façon dont nous allons composer avec le désir et le besoin de le liquider (comment on compose entre le désir et la réponse) La force du Moi sera proportionnelle à la force du plaisir.
Le fait de désirer ouvre la porte à toutes les pathologies; il faut que le Moi apprenne à supporter une certaine tension et ainsi conserver le désir pour une décharge ultérieur. Si cette privation qui entraîne une tension devient trop forte alors il y aura refoulement ou hystérie.
La dualité satisfaction vs privation sera le premier régulateur de l'estime de soi. Cependant la réponse du monde extérieur doit réparer cette blessure; sans quoi l'enfant tombe dans la dépression, la paranoïa ou la mélancolie.
Si le monde intérieur de l'enfant ne peut répondre à la blessure narcissique alors il tombera dans la névrose
L'enfant de un mois jusqu' 3 mois exercera de la manipulation pour réparer cette blessure narcissique; toute preuve d'affection sera pour lui comme un baume sur cette blessure alors que toute privation réveillera cette blessure
A partir du moment où les principes cognitifs se développent, le principe de plaisir va céder le pas au principe de réalité------> apprentissage. L'enfant apprendra de + en + à régler son comportement sur les autres (identification)

La motivation doit tenir compte du principe de réalité : réparer la blessure et rétablir la toute puissance.
Systèmes de défense: clivage, déni, toute puissance

 

II. STADE ANAL

Position de plus en plus active de l'enfant (adaptation)
Les efforts de l'enfant son de plus en plus volontaires. L'enfant apprend à marcher, à parler et à contrôler ses sphincters. Commence à s'adapter à une discipline--->apparition des "ne pas".
Développement d'une gamme d'attitudes inter personnelles. La motricité devient canalisée. Le développement du principe de réalité qui amène une plus grande distinction entre le moi et le sur-moi.

A. POSITION FREUDIENNE:

L'enfant fait des progrès considérables au cours de la phase anale: tout le développement de l'appareil perceptivo-moteur la marche, le langage et le contrôle des sphincters.
La marche et le contrôle des sphincters ----> base de l'acquisition de l'indépendance.
Langage permet à l'enfant de participer en partageant dans les mots ses idées et ses projets.

PRINCIPE DE RÉALITÉ :

- Jugement : évaluation des distances dans sa marche et évaluation de la réalité par les mots.
- Epreuve de la réalité : capacité de comprendre le réel pour ce qu'il est.
- Anticipation ou appréhension: imaginer ce qui va arriver, permet d'agir, d'ajuster le jugement au réel.
 
PRESSENTIMENT DE LA MENACE:.

Par le développement de l'imaginaire (anticipation et jugement), l'enfant va capter le pressentiment de la menace et créer des plans d'action. L'angoisse deviendra moins active, le seuil plus tolérable et le Moi appréhende l'angoisse à plus petites doses, il va participer à l'angoisse, va apprendre à prendre le pas sur l'angoisse. Va demeurer comme angoisse les situations ou l'enfant vit une impuissance réelle de faire quelque chose, qui va réveiller l'impossibilité primaire---> réactions physiologiques à l'angoisse. L'enfant connaît alors ses premières peurs en revivant ses premières impuissances mais grâce au contact avec la réalité, il apprend à gérer mieux l'angoisses .

MONDE INTERIEUR:

L'enfant prend de plus en plus conscience de ses colères, de ses faims et de ses besoins. Il prend contact avec son monde intérieur et apprend à le tolérer. La différentiation Moi-Non-moi, va provoquer chez l'enfant des fantasmes de la loi du Talion. (Pensée animiste de Piaget). L'imaginaire se rempli de fantasmes. Le mot à l'effet de l'action. Pulsion intérieure de l'angoisse: retrouver l'angoisse dépressive.

SOURCES D'ANGOISSE

La crainte que les satisfactions vécues ne lui soient retirées. Les "ne pas " développent le contact avec la réalité. Angoisse d'être privé de plaisirs connus. Peur de perdre un amour. Perte de ses excréments; ce qui est bon maintenant ne le sera peut-être pas plus tard. Peur qu'il détruise malgré lui ses sources d'amour. Fluctuation de l'estime de soi. Le moi fort est celui qui à des mécanismes de bonne qualité qui vont lui permettre de contrôler l'intérieur et l'extérieur et de conserver l'estime de soi.
Un milieu stimulant favorise l'investissement libidinal.
Les enfants hyperactifs qui acquièrent le langage: hyperkynésique neurologiqueLes enfants hytperactf qui acquièrent le mouvement: hyperkynésiques psychologiques.

LANGAGE

Une fois que le langage est investit psychiquement, le moi acquiert un investissement puissant et il se rend compte qu'o; à le pouvoir de parler. Si l'on est capable de mettre des mots sur la souffrance, on met la main dessus et on est capable de la contrôler. Avec l'acquisition du langage, la pensés de l'enfant va s'enrichir de signifiants et de signifiés. En investissant le langage, l;e jugement va se nuancer et le moi apprend à remettre à plus tard.

Conséquences motrices de l'investissement du langage:

-retarder la détresse
- inhiber ou retarder le décharge à réaliser les désirs.

Piaget compare la pensée logique de la pensée de l'enfant: capacité de la pensée de s'articuler pendant le stade pré-opératoire. (2 ans)
Entre 2 -5 ans, la pensée atteint le niveau des représentations concrètes qui permet la fixation de l'image qu'on peut traduire en mot.
En investissant le langage, la pensée concrète se développe. Cette pensée logique avec représentation, va enrichir la fonction symbolique .Plus on enrichit cette fonction, plus notre jugement va devenir nuancé, donc nous aurons un moi plus différencié dans son contact avec l'extérieur .
Au stade oral, il y avait confusion entre besoins et amour; au stade anal, les acquisitions externes telles que le langage, la parole, permettent une meilleure différentiation entre les besoins primaires et le contact physique.
Au stade anal, l'enfant est très sensible à l'expulsion de ses excréments, à tous ce qui est musculaire et à sa capacité d'agir. L'enfant devrait commencer à remettre à plus tard-->patience. A la fin du stade anal (3 ans) l'enfant devrait être capable d'éviter les pulsions dangereuses; le surmoi étant assez bien formé pour arrêter le moi. Freud reconnaît les racines d'un surmoi vers la fin du stade oral et le début anal.
Pour Klein, il est déjà présent. A ce stade, l'enfant intériorise les désirs parentaux et devrait craindre la punition. L'enfant devrait avoir intériorisé les parents vers deux ans et demie ainsi que la satisfaction que les parents idéalisent de lui.
Le stade anal est le régularisateur de l'estime de soi, l'enfant devrait se sentir en mesure de satisfaire ses parents sinon, complexe d'infériorité. D'ou multiplication des efforts et découverte de l'approbation et de la désapprobation

Système de défenses: stade anal: négation formation réactionnelle et déplacement, isolation.

 

III STADE PHALLIQUE

 

Stade de la structuration de l'Oedipe. 2/4 à 7/8 ans. Maîtrise du corps. Eveil au monde et aux relations interpersonnelles. Les mécanismes de défenses deviennent de plus en plus actifs . Ce stade se subdivise avec l'apparition du stade urétral.


STADE URETRAL: entre le stade sadique anal et stade phallique. Question d'énurésie---> opposition à la discipline qui peut rapidement s'érotiser. Pouvoir sadique que l'enfant retire du pouvoir urétral.
FILLE : contestation de l'absence de pénis, montrer à sa mère qu'elle est plus forte qu'elle; contact avec la masturbation.
GARÇON: angoisse masturbatoire et équivalence masturbatoire.

Dans ce stade, uriner devient un plaisir (plaisir sexuel)

-Plaisir érotique
-Action passive
-Pouvoir sadique: détruire par l'urine

Sensations qui viennent enrichir le point de vue narcissique; plus gratifié par les parents que le sphincter anal. Au stade anal ---> crainte de perte d'affection (encoprésie) et culpabilité, Au stade urétral, (énurétique) parents donnent plus d'affection, joue sur l'estime de soi et sentiment de honte.

Stade oral ----> angoisse d'introjection
stade anal-----> Vol de son contenu

Stade urétral: incapacité de faire soi-même---> honte et pour lutter contre cette honte: ambition.
Stade du voyeurisme, intérêt pour la sexualité , curiosité et désir de voir l'autre; début de la masturbation.
Comportements du stade urétral: - Masturbation, voyeurisme et exhibitionnisme.
Découverte de la différence entre les sexes mais on ne comprend pas cette différence. Réflexe de connaître la différence mais inconsciemment. La différence peut être angoissante; danger. valorisation narcissique; on n'est plus des bébés. Enfant est content de ce qu'il a mais aimerait avoir les deux.

Garçon : angoisse de castration ; qu'est ce que ma soeur a pu faire pour le perdre? D'ou menace de perdre la gratification narcissique.

Filles: espoir de finir par avoir un pénis. Totem et Tabou: Angoisses ne sont pas seulement dans la réalité mais fabriquées dans l'inconscient. Angoisse de castration ne révèle pas de mesures réelles mais provient de l'intérieur. Angoisse de castration donne un sens à la naissance ; cette menace peut être exécutée. C'est la phase de latence qui viendra corriger la crise de l'inconscient. Ce qui vient de l'intérieur à plus d'impact que ce qui vient de l'extérieur.

L'imaginaire est branché sur la réalité au stade phallique introduction du tiers et restructuration complète Dans le cas de la psychose, régression de la phase phallique à la phase orale ou anale . Ou l'imaginaire l'emporte sur la réel. L'imaginaire est branché sur une petite partie du réel. On à ici a faire a un imaginaire archaïque. Dans l'état limite, la personne est astructurée et on développe dans l'imaginaire que le lien entre le père et la mère n'existe pas; alors que dans la phase phallique, ce lien existe mais n'empêche pas d'exister. L'enfant se nourrit de son vécu pour alimenter son imaginaire et le réel va avoir le sens que l'imaginaire va lui donner.
Chaque adulte qui pose un interdit le pose avec son angoisse de castration. L'enfant est plus influencé par le surmoi des parents que par les interdits réels qui sont posés. L'enfant se sent rejoint dans ses craintes qu'il possède dans son inconscient.
Les excitations sexuelles poussent l'enfant a réagir non pas au contenu manifeste mais au contenu latent. (Communication inconscient -inconscient) Intensité de la peur pas seulement lié a la réalité mais également aux valeurs dans l'inconscient ( celui qui s'identifie a celui des parents) accentué par les expériences vécues. L'angoisse de castration est liée à la naissance, au sevrage, à la propreté et aux interdictions. Si l'angoisse de castration est trop forte, retour à la psychose. Il y aura revirement lorsque le moi sera capable de tolérer l'angoisse de castration.