Make your own free website on Tripod.com

PSYBERNÉTIQUE

 

 

GESTALT.

 

Avec l'arrivée de Max Wertheimer à Frankfurt, en 1910, devait naître un paradigme important : celui de la GESTALT. C'est en 1912, avec la publication de l'article de Wertheimer sur la perception que le mouvement gestaltiste sera officiellement lancé. Grâce à une production scientifique imposante, Wertheimer, en compagnie de Wolfgang Kholer et Kurt Koffka contribuèrent à remettre en question toute la théorie de la perception en vigueur à l'époque.

La théorie classique de la perception reposait sur des bases atomistes et mécaniques ce que l'on percevait était directement lié à l'information qui atteignait la rétine. Ainsi, à un seul point de la rétine correspond une seule sensation. C'est ce que le gestaltiste définirent par la théorie de la constance ou théorie de la mosaïque.

Cependant, cette théorie était loin de pouvoir expliquer de nombreux phénomènes perceptifs tels les contrastes, la brillance, la perception du mouvement et les illusions. Pour corriger cette défaillance, la théorie de la constance était accompagnée de nombreuses suppositions qui permettaient de rectifier des manques importants. Parmi ces supposition, on assumait :

1. Que la sensation pouvait prendre deux formes : une consciente et l'autre inconsciente Il devenait ainsi possible par une attitude cognitive propice de déjouer toute illusion.

2. Que les sensations adéquates sont constamment disponibles mais demeurent parfois inconscientes. Dans certains cas, les jugements auxquels nous aboutissons face à nos perceptions sont si décevants que nous croyons avoir expérimenté des sensations différentes de celles adéquates.

3. Que si nous cherchons dans notre conscience de tels jugements, nous sommes incapables de les trouver.

 

Les jugements inconscients sont donc ceux qui nous induisent en erreur face aux données sensorielles. Lorsque l'erreur est présente dans la conscience, elle est le résultat d'un jugement inconscient opérant sur des sensations inconscientes, entraînant une illusion. Les gestaltistes ont rapidement relevé les contradictions au niveau des suppositions entourant la théorie classique. (équilibriste) La théorie classique présupposait que des fonctions mentales supérieures inconscientes étaient responsables du processus de perception global par l'entremise d'un apprentissage. Si tel est le cas, comment alors imaginer une perception avant qu'il y ait une expérience antérieure ? Ce que la GESTALT rejette, c'est l'hypothèse selon laquelle une perception organisée est le fruit de l'expérience passée. Rejeter cette hypothèse c'est rejeter par le fait même l'approche atomiste et la notion de constance de la perception.

La perception n'est plus conçue en fonction de sensations élémentaires, mais en tant que phénomène dont font partie les notions de sens et de valeurs.

Selon la théorie de la GESTALT, le tout est plus que l'ensemble de ses parties ; Weithmer explique que ce qui arrive à une partie de l'ensemble, est d'abord déterminé par la structure de l'ensemble. Les principes de proximité, de similarité de fermeture et de continuité en sont des exemples patents.